Histoire du Systema

guerrierTout au long de l’histoire, la Russie a dû faire face à une multitude d’envahisseurs. Chacun de ces peuples utilisait ses propres armes et stratégies de combat, imposant aux guerriers russes adaptabilité et polyvalence.

En outre, la diversité géographique et climatique de son territoire renforça la nécessité d’un art martial adaptable, polyvalent et fonctionnel quels que soient les adversaires et les conditions.

Selon la tradition orale, il daterait du 10e siècle après JC. Il se développa aussi bien auprès de soldats professionnels que de civils mobilisés pour la guerre, qui, une fois celle-ci terminée, retournaient à leur vie civile.

Dans les faits, savoir combattre constituait une partie de l’éducation de tout garçon en Russie.
L’avènement du communisme en 1917 entraina la suppression des traditions martiales nationales, le « système de de combat corps à corps » fut entériné, classé secret défense et de fait inaccessible à la plupart des civils.

Utilisé par certaines escouades des forces spéciales russes, il a été créé d’après l’observation par des scientifiques des techniques utilisées dans différents arts martiaux connus, en Russie et autour de la planète.

Le gouvernement en avait restreint l’apprentissage et l’utilisation à ses seules forces d’élites, comme les spetsnaz. Depuis la dissolution de l’URSS, la pratique du systema est ouverte à toutes et tous.

Les années 90 :

Systema HQEnseigné dans des cercles restreints en Russie, le Systema a commencé son essor en Occident au début des années 90 avec l’installation de Vladimir Vasiliev à Toronto.
En cinq ans, une première génération d’élève, qui sont aujourd’hui des instructeurs réputés, a vu le jour sur le continent américain.
En Europe, c’est vers 1996-97 que le Systema arrive via des pratiquants déjà expérimentés dans d’autres arts martiaux, notamment en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suisse.
En France, c’est en 1998 que le premier groupe se forme avec notamment Khosrow Helly, Jean-Michel Leprètre et Jérôme Kadian.

Années 2000 – 2010 :

Le Systema connait un développant important, sans doute lié à sa modernité et à son protocole européen. Des écoles s’ouvre un peu partout dans le monde au gré de la curiosité de pratiquants d’arts martiaux et de sports de combat. Ce mouvement est porté par le travail de transmission de Vladimir Vasiliev et Mikhail Ryabko, toujours seuls habilités à valider l’enseignement dispensé.

Sous le nom d’Académie des Arts de Défense, Yann Christodoulou et un groupe de pratiquant venant de divers horizons sportifs et professionnels commence l’enseignement de différentes self-défense, dont le Systema, en 2006 à Saint-Nazaire. Il suivent en cela l’expérience de Guy Mennereau (ANSD), premier français à avoir pratiqué avec Vladimir Vasiliev au Canada. D’entrainements en rencontres, de discussions en stages, c’est la discipline la plus riche et ouverte qui devient le centre de l’enseignement, le Systema. Etendant la pratique à la formation professionnelle, l’ADAD ouvre une section en 2009 à Nantes et devient Systema Atlantique pour les instances internationales du Systema.

SYSTEMA_Atlantique - logo id systema atlantique

 

Années 2010 :

L’expansion de la discipline en France et dans le monde s’est encore accélérée ces dernières années. On dénombre aujourd’hui, une trentaine cours réguliers en France et presque autant d’initiative émergentes. Pour accompagner ce mouvement, de nombreux stages et séminaires (régionaux, nationaux et internationaux) sont organisés toute l’année, notamment à Nantes et Saint-Nazaire.

Nous accompagnons ce mouvement en accueillant depuis 2012 des formations d’instructeurs.

L’histoire du Systema racontée en anglais :